Traduction augmentée

Les trois étapes d’une post-édition


Viveta Gene (Intertranslations S.A.)

Exploiter tout le potentiel de la post-édition

Par Viveta Gene, spécialiste du secteur de la traduction et de la localisation chez Intertranslations S.A., doctorante à l'Université ionienne de Corfou








Les technologies linguistiques ont déjà largement été adoptées par la plupart des fournisseurs de services linguistiques. D'après les données du secteur, il existe de nombreuses approches pour utiliser la post-édition d'une traduction automatique (TA), et chacune implique des étapes et un processus différents. Dans cet article, nous détaillons ce qui est largement considéré comme le processus de post-édition optimal en 3 étapes, contrairement aux normes actuelles et aux pratiques habituelles qui peuvent s'avérer moins efficaces et contre-productives à long terme. Nous soutenons qu'un processus complet de post-édition consiste en trois tâches essentielles : la pré-édition, la post-édition et l’annotation/l’évaluation de la TA.

Les trois étapes d’une post-édition
Les trois étapes d’une post-édition

La pré-édition

Cette phase correspond au traitement du texte original et aux modifications qui lui sont apportées avant qu'il ne soit soumis au processus de TA. La pré-édition constitue, au même titre que l'utilisation de règles linguistiques maîtrisées, une étape essentielle du processus global de post-édition. Elle permet au résultat « brut » sur lequel le post-éditeur travaille d’être présenté sous sa meilleure forme possible de manière à produire une traduction automatique de qualité qui nécessite un effort minime à l’étape de post-édition. Le but est d'obtenir un document source plus structuré, qui sera mieux « compris » par le moteur de TA.

Toutefois, pour des résultats optimaux, ces méthodes doivent être combinées à d'autres outils technologiques, déjà disponibles et utilisés par la plupart des fournisseurs de services linguistiques, en associant les résultats de la TA à ceux de la mémoire de traduction. Ainsi, après les étapes de pré-édition, le texte non traduit est associé à une mémoire de traduction (MT) pour exploiter les correspondances issues du contenu précédemment traduit. Les suggestions générées par l’être humain contenues dans la mémoire de traduction sont utilisées en cas de correspondances allant de 50 à 100 %. Ces correspondances ne nécessitent pas d'effort de la part du linguiste et sont considérées comme « pures », en particulier lorsqu’elles atteignent le score le plus élevé (100 %). À la fin de ce processus, le texte est partiellement traduit uniquement à partir des segments extraits de la MT. C'est à ce stade que la traduction automatique entre en jeu : les segments non traduits affichant un score bas (correspondance entre 0 et 50 %) passent par le moteur de TA afin d’être traduits. Notons que l'utilisation de systèmes de TA personnalisés peut améliorer considérablement la qualité du résultat, en particulier lorsque ces moteurs sont entraînés non seulement à partir de contenus propres à un domaine spécifique mais également à partir du contenu de la MT existante d'un client. L’expérience récente démontre que les moteurs personnalisés pourraient produire des résultats d'une telle qualité qu’ils nécessiteraient moins d'efforts de post-édition que les correspondances issues de la MT. Si la question reste ouverte, à mesure que les technologies de TA deviennent plus sophistiquées, les fournisseurs de services linguistiques et les linguistes pourraient bientôt revoir le score de correspondance minimal pour qu'une suggestion de MT soit considérée comme utilisable et se fier davantage aux résultats générés par la machine.

Le produit final est un texte entièrement traduit contenant toutefois des erreurs de TA qui seront traitées lors de la phase de post-édition proprement dite. Ce texte hybride, qui combine des correspondances générées par l’être humain extraites de la MT et des résultats « bruts » de TA, est ce qui devrait parvenir au post-éditeur, dans l’idéal, afin qu’il ait le moins d’effort de modification possible à faire tout en délivrant un travail d’une qualité linguistique élevée.


La post-édition

Après les étapes de pré-édition commence le processus de post-édition. L'accent est mis ici sur les tâches du linguiste, qui peuvent être décrites comme l'identification d’erreurs et l'application de modifications nécessaires en fonction d'un niveau de qualité souhaité défini en amont. Ces tâches impliquent d'être capable d'évaluer rapidement les éléments du texte et de corriger ou d'éliminer les erreurs, d'ajouter les éléments manquants ou de supprimer les parties redondantes, tout en faisant attention à la terminologie ainsi qu'à la fluidité et au style du texte. Tout cela nécessite une compréhension assez claire du fonctionnement du type de moteur de TA utilisé et des erreurs que ce moteur est le plus susceptible de générer. Il convient de noter que, ces derniers temps, les linguistes et les experts en post-édition se concentrent surtout sur les systèmes de traduction automatique neuronale (TAN) qui ont presque entièrement remplacé les systèmes de traduction automatique statistique (TAS) ou à base de règles.

Plus important encore, le concept de différents « niveaux » de post-édition commence à devenir obsolète. Compte tenu du degré de sophistication des moteurs de TA d'aujourd'hui et de la qualité de leurs résultats, il est désormais possible d’atteindre un niveau de « post-édition complète » aussi rapidement qu’une « post-édition légère ». Par conséquent, il est presque inutile de parler de « post-édition légère », notion qui pourrait être complètement éliminée des processus de post-édition.


L’annotation/l’évaluation de la TA

Un processus de post-édition optimal se termine par la vérification de la qualité du projet afin de déterminer si le niveau de qualité souhaité a été atteint, mais aussi d’annoter et d’évaluer la TA. L'évaluation de la TA vise à fournir des données sur la qualité pour améliorer le système de TA utilisé, à identifier les modifications les plus fréquentes et à déterminer si le moteur utilisé est adapté à un type de contenu spécifique. Ce processus consiste à évaluer la préservation du sens, la fluidité et l'effort de post-édition à partir de méthodes standard préétablies, connues sous le nom de modèles d'évaluation automatisés. Ces méthodes fournissent des informations très précieuses aux fournisseurs de services linguistiques qui leur permettent de surveiller les performances du moteur et d'améliorer leurs systèmes au fil du temps, mais constituent également un point de repère fiable pour les linguistes qui souhaitent mettre en place des modèles de tarification adaptés.

Malgré leur utilité, les systèmes automatisés doivent être complétés par des processus d'examen et d'évaluation humains qui fourniront des informations supplémentaires aux développeurs de TA. L'objectif est d'identifier les défauts et les imperfections propres à un système de traduction, mais aussi ses atouts, de déterminer l'impact des erreurs générées sur le processus de post-édition et de tâcher d’améliorer ses faiblesses ou les éléments qui posent problème. Ces tâches exécutées par l'être humain constituent la dernière étape du processus optimal de post-édition, appelée « annotation ».


La post-édition vue par Intertranslations

La post-édition n'est en fait qu'une étape dans un processus de travail optimal. Dans la pratique, les fournisseurs de services linguistiques suivent rarement cette procédure complète en trois étapes. De notre point de vue :

  • La post-édition est plus adaptée aux volumes importants.

  • La pré-édition et l'annotation sont les clés pour obtenir un meilleur retour sur investissement sur le long terme.

L'investissement est essentiel pour exploiter les avantages réels de l'intégration de la post-édition, qui passe par la formation.

Chez Intertranslations, nous disposons du savoir-faire nécessaire pour libérer tout le potentiel de la post-édition, et obtenir ainsi des résultats rentables sur le long terme et pas seulement des rabais temporaires.


Conseils en or pour les post-éditeurs

Les technologies de la traduction, qui combinent les outils de TA et de TAO, constituent l'avenir du secteur. La formation est essentielle pour accéder à de nouvelles opportunités. Voici quelques conseils pour permettre aux linguistes de maîtriser les nouvelles tendances et de répondre aux attentes de la nouvelle ère de la traduction :

  • Formation, formation, formation... Plus vous vous familiariserez avec tous les nouveaux concepts de la technologie appliquée à la traduction, moins la TA vous semblera menaçante. Identifiez les formations disponibles en post-édition et tirez le meilleur parti des modules fournis par certains grands fournisseurs de services linguistiques.

  • Faites preuve de courage... Saisissez l’occasion de vous impliquer dans les tâches de pré-édition, de post-édition et d'annotation, surtout si une formation est offerte par le fournisseur avec lequel vous travaillez. Vous renforcerez ainsi vos compétences tout en développant de nouveaux savoir-faire, ce qui vous donnera progressivement une longueur d'avance dans le secteur de la traduction moderne et vous permettra de devenir un post-éditeur expert.

  • Attention aux pièges... N'oubliez pas que la post-édition n'a de sens que si les volumes sont importants et si un protocole de post-édition spécifique est prévu. Ne vous engagez pas dans de courtes tâches ponctuelles de 1 000 mots, sans continuité ni structure de travail définie. La post-édition est un investissement : la qualité doit être comparable à celle du processus TEP (traduction, révision, relecture en anglais) et vos revenus sont basés sur la qualité de la TA brute, la vitesse de post-édition et le volume de mots traités.



Cet article a été republié. Pour lire l'article original, visitez la page d’Intertranslations sur la post-édition à l’adresse https://www.intertranslations.com/post-editing/ (en anglais).


En savoir plus sur Intertranslations

Intertranslations S.A. est une société professionnelle de traduction et de localisation spécialisée dans la traduction, la TEP et la post-édition. Elle aide les prestataires de service multilingues, les responsables de la localisation et tous les secteurs du monde entier à faire passer leur message. Intertranslations libère tout votre potentiel en vous proposant des solutions complètes de traduction et de post-édition personnalisées qui optimisent votre travail.


Contactez Viveta Gene ou laissez un commentaire pour une discussion plus approfondie sur le sujet : v.gene@intertranslations.com


96 vues0 commentaire